Visitez notre boutique en ligne
24.06.2020

La vie au domaine

Norbert Buchonnet

Chef de cave et œnologue de la maison Joseph Mellot depuis 2016

Rien ne prédestinait Norbert Buchonnet à devenir l’œnologue accompli qu’il est aujourd’hui.

Né à Aubagne en 1956, il quitte le système scolaire à 16 ans, avec pour seul diplôme en poche son BEPC, sans projet précis. A la faveur de l’automne 1977, il suit quelques amis jusqu’en Beaujolais pour les vendanges. Un travail saisonnier qui s’avère pour lui une véritable découverte et l’occasion de belles rencontres. Curieux de tout ce qui a trait à la vigne et au sol, il retourne sur les bancs de l’école pour décrocher un BPA (brevet professionnel agricole) puis un BTA (brevet technique agricole).

Le Sauvignon, sujet de son mémoire de fin d’étude

Cela n’assouvit pas sa soif de mieux comprendre et connaître la vigne et le vin. Après un séjour en Finlande, il rentre en France pour décrocher un BTS à Blanquefort. Il a alors le choix entre devenir ingénieur ou œnologue. Il est accepté dans plusieurs formations d’œnologie, et choisit Bordeaux qu’il intègre en 1992. Deux ans plus tard, il termine dans les 5 premiers de la promotion, et reçoit le prix de l’association des œnologues de Bordeaux pour son travail sur la valorisation des vins de presse de Sauvignon.

Norbert a alors l’opportunité formidable d’effectuer son stage aux côtés de Denis Dubourdieu, dont le laboratoire vient de découvrir la molécule marqueur du Sauvignon : une expérience exaltante pleine d’enseignements.

Mais devenir œnologue à 38 ans nécessite un passage par des expériences de terrain formatrices. C’est à l’étranger qu’il obtiendra ses premiers postes intéressants, en Thaïlande, en Chine et au Maroc… Après un rapide retour en France, il repart pour le sud du Portugal, dans une propriété familiale de renom où il restera 6 ans. Une étape marquante de son parcours, où il découvre d’autres approches du travail des vins.

Quand il rentre en France, il se sent prêt à relever un défi de taille, et rêve d’intégrer une maison où le mot terroir est une identité. En 2016, il rejoint la maison Joseph Mellot, où Catherine Corbeau-Mellot cherche alors un chef de cave aguerri qui saura, l’heure venue, remettre les clés de la cave à ses deux fils, Adrien et Armand Mellot, actuellement encore étudiants.

Il arrive à Sancerre, haut lieu de la région viticole du Centre-Loire, reconnue dans le monde entier pour ses terroirs variés qui subliment le Sauvignon. Au fil des vendanges et des vinifications, il apprend encore aujourd’hui chaque jour les différentes facettes de ce cépage roi du Centre-Loire. Il s’est attaché à cette région accueillante et authentique, préservée des mouvements « modeux » et expérimentaux de la viticulture, où la tradition demeure la ligne de conduite des vignerons d’aujourd’hui.

6 questions à Norbert Buchonnet, chef de cave œnologue de la maison Joseph Mellot

Votre premier souvenir lié à la vigne ?

Mes premières vendanges, en Beaujolais, à la fin des années 70, véritable déclencheur de mon chemin professionnel.

Quel est votre plus grand souvenir de dégustation ?

J’ai un souvenir intact d’un Château Haut-Marbuzet, un Saint-Estèphe qui a provoqué chez moi une émotion toute particulière, et a marqué ma mémoire pour la vie.

J’aime aussi beaucoup nos Vignes du Rocher, qui expriment la pureté du Sauvignon sur les terroirs sancerrois de Silex.

Votre pêché mignon accord mets-vins ?

Quand c’est la saison, je me régale de noix de Saint-Jacques juste snackées, au beurre ou agrémentées d’une sauce au yuzu, escortées de notre Sancerre blanc La Châtellenie.

Votre panorama préféré sur les vignes et la Loire ?

Je ne me lasse pas des vues différentes sur la colline de Sancerre depuis les vignobles. En haut d’Amigny, ou en haut des Palots, le regard domine le piton rocheux et laisse serpenter la Loire majestueuse…

Votre saison préférée ?

J’aime les brouillards hivernaux, d’où s’élèvent ici ou là les feux de sarments, je suis toujours ému par les rangées de vignes qui s’étoffent au fil du printemps… mais j’ai une tendresse indétrônable pour les lumières d’automne, phénoménales.

Votre geste éco-responsable quotidien ?

Bien avant que cela devienne la règle, je m’efforce de trier mes déchets, de penser recyclage en tout. Réutiliser ce qui peut l’être, comme une évidence.

Franco de port
à partir de 12 bouteilles

Tarifs dégressifs
à partir de 24 bouteilles

Paiement sécurisé
par carte bancaire